CHIRURGIE

Douleurs abdominales chroniques 

Femme dans la douleur

Une douleur abdominale chronique est une douleur qui persiste pendant plus de 3 mois. On la retrouve chez à peu près dans 15-25% de la population. La douleur est généralement mal localisée.

Les causes les plus fréquentes sont d’origine neurogène, pariétale et enfin intestinale. Souvent sous-estimée la Dysbiose intestinale caractérisée par des lourdeurs digestives, des crampes, des gaz, des diarrhées ou des constipations. Ces symptômes peuvent être associées à des maux de tête, des nausées et une prises de poids, une mauvaise haleine, perte de la libido, fatigue, allergies, infertilité.

En savoir plus ...

Cette pathologie doit absolument est prise en charge de manière complète. Il est donc important de rechercher toutes les intolérances alimentaires mais aussi les déséquilibres au niveau de la population de bactéries de l’intestins.

 

La pierre angulaire du traitement est la bonne hygiène de vie ainsi que l’utilisation de probiotique, de prébiotique et de symbiotique.

 

Nous vous proposons de vous aider et faisons tous ces examens et traitements au sein de notre cabinet.

Fermer

Douleurs abdominales Aigües

Appendicite :

Douleur typique (périombilicales migrant en fosse iliaque droite) accompagné de fièvre et de Trouble du transit : Selles, Gaz, Nausées, Vomissement.   

Généralement le traitement est une résection de l’appendice par laparoscopie (technique minimalement invasive).

Appendicite.jpeg

Occlusion :

L'occlusion intestinale aiguë est l'arrêt complet et persistant des matières et des gaz au niveau d'un segment quelconque de l'intestin.

En savoir plus ...

Le traitement peut être  médical sous les conseils avisés d’un chirurgien :réhydratation, une décompression intestinale par sonde nasogastrique et une surveillance cliniqueà si pas d’amélioration ad Chirurgie après 36h d’echec. Le Traitement chirurgicale nécessite une exploration de manière minimalement invasive tant que possible.

Fermer

Cholécystite aigüe (voir chapitre hépatobiliaire) :

La cholécystite aiguë lithiasique est une inflammation de la paroi vésiculaire plus ou moins associée à une infection.

 

Nous retrouvons à nouveau :

- Douleur typique (au niveau de l’estomac et du foie depuis plus de 6h)

- Fièvre

- Trouble du transit : Selles, Gaz, Nausées, Vomissements

- Souvent d’autres épisodes de douleurs du même type

Cholécystite aigüe .jpeg

En savoir plus ...

Traitement :

- Venir à jeun au cabinet

- Prise de sang

- Une échographie

- Antibiotique pendant une semaine au minimum et selon votre évolution

- Résection de la vésicule 6 semaines après l’épisode d’infection par voie laparoscopique. Si aucun infection n’est constaté et que vous présenté un épisode de douleurs liés au calculs de la vésicule, le traitement chirurgical peut être envisagé dans les plus bref délai (maximum une semaine d’attente).

Fermer

Dviverculite.png

Maladie diverticulaire du colon :

La maladie diverticulaire est caractérisée par le développement de protrusions de la muqueuse intestinale au travers de toutes les couches pariétales du colon.

 

Ce processus peut entrainer des complications aigües mais aussi chroniques au long cours.

En savoir plus ...

Le traitement chirurgical est envisagé si :

- Urgence : Péritonite Hinchey III et IV

- Programmée : Sténoses diverticulaires                    

- Fistule entéro-vésicale/vaginale ou utérineà semi-élective

- À froid (à 3 mois du dernier épisode aigu):

 

Aucune évidence n’établis le lien de causilité entre le nombre d’épisode et le risque de récidive ou de perforation. C’est pour cette raison qu’aucune indication n’est retenue dans ces cas-là. Il n’en est pas moinns que ces indications doivent être pondérées avec les symptômes, les co-morbidités et l’âge du patient (risque de récidive, mortalité, troubles sexuels, lâchages anastomotiques).

Fermer

Maladie inflammatoires de l’intestin (Crohn et RCUH) :

RCUH = Rectocolite Ulcéro-hémorragique :

C’est une atteinte inflammatoire du rectum qui progresse +\- en direction du côlon proximal. Elle prédomine chez les hommes. Il est nécessaire pour la diagnostiquer de réaliser un bilan sanguin et une endoscopie du côlon. Dépend d'une part de la gravité actuelle de la maladie et d'autre part de l'ancienneté et du type d'examen fait auparavant.

Il est important de retenir que le plus important dans ce genre de maladie est le suivi médicale et l’hygiène de vie pour éviter l’opération.

Crhon.png
RCUH.png

Maladie de Crohn :

C’est une maladie inflammatoire de l’intestin qui peut atteindre de Atteinte de la bouche à l'anus.

Il peut se manifester de manière bimodale : 15 à 29 ans et 55 à 70 ans.

75% des patient se présenteront avec une douleur en bas à droite signant la présence d’une inflammation de la fin du petit intestin.

Si vous présentez ce genre de douleur rendez-vous à notre cabinet pour que nous puissions débuter une prise en charge rapide qui consiste à réaliser : bilan nutritionnel, une endoscopie par le haut et par le bas, une IRM si nécessaire.

Par contre si nous devons procéder après un échec de  traitement médical, une opération de nécessité, nous respecterons « le principe à respecter est celui de l’épargne maximale ».

Surcharge pondérale :

Cette chirurgie n'est en rien une chirurgie esthétique ou même fonctionnelle. Son objectif premier est de réduire un risque important et prédictible de mortalité cardio-vasculaire. Son objectif secondaire est de faire disparaître des maladies secondaires à l'obésité qui font souffrir les patients et entraînent des dépenses de santé importantes. Seuls ces objectifs permettent éthiquement de faire prendre aux patients les risques à court et à long terme de l'intervention.

En savoir plus ...

Indication opératoire :

Dans une directive récente, prenant effet le 1er janvier 2000, l'OFAS a décidé que la chirurgie de l'obésité était un traitement à la charge de l'assurance maladie, pour autant que les conditions suivantes soient remplies :

- Après en avoir référé au médecin-conseil.

- Le patient ne doit pas avoir plus de 60 ans.

- Le patient doit avoir un indice de masse corporelle (BMI) de plus 40 kg/m2.

- Une thérapie appropriée de deux ans pour réduire le poids n'a pas eu de succès.

- Le patient souffre en outre d'une des maladies suivantes :

> hypertension artérielle.

> diabète sucré.

> syndrome d'apnée du sommeil.

> dyslipidémie.

> affection dégénérative invalidante de l'appareil locomoteur.

> coronaropathie.

> stérilité ou OMPK (ovaires micro-polykystiques).

Préparation à l'intervention :

Après que les patients nous aient consultés, s'ils remplissent les critères d'indication décrits ci-dessus, les candidats à la chirurgie de l'obésité doivent subir, un bilan psychologique et métabolique complet. L'indication individuelle de chaque patient est discutée en colloque multidisciplinaire, avec nos collègues de la Division d'enseignement pour maladies chroniques et le psychiatre qui lui est rattaché. Nous devons ensuite solliciter l'accord préalable écrit de l'assurance maladie du patient qui, en principe, ne peut pas refuser si les critères d'indication décrits ci-dessus sont remplis. Les patients ont enfin des entretiens avec une diététicienne spécialisée qui leur expose très en détail ce qui va leur advenir après l'intervention.

 

Intervention :

Bypass gastrique ou Sleeve-gastrectomiepar voie laparoscopique robot-assisté.

 

Soins postopératoires immédiats :

Suivi après la sortie

- Consultation à 1 mois de l’opération (puis à 3 mois, 6 mois, 12 mois, 18 mois, 2 ans, 3 ans, 4 ans, 5 ans)

- De 1 à 6 mois : RDV avec chirurgien

- De 1 à 5 ans : RDV avec infirmière

- Bilan biologique avant chaque consultation

- Dès 18 mois et si poids stable : possibilité d’évaluer une chirurgie plastique

Fermer

Sang dans les selles :

Les causes les plus fréquentes :

- Diverticulose 20–48%

- Angiodysplasie 3–40%

- Tumeurs/polypes 6–15%

- Colite/ulcère (maladies inflammatoires chroniques de l’intestin, colite infectieuse/ischémique, vasculite et colite radique inclues) 6–21%

- Cause anorectale (hémorroïdes, fissure anale, ulcère rectal) 3–14%

- Divers (hémorragie postpolypectomie, fistule aorto-colique, hémorragie anastomotique, impaction des selles au niveau rectal)

En savoir plus ...

Prise en charge :

Dans notre cabinet, les hémorroïdes sont traités par laser.

Cela nécessite une hospitalisation d’une journée (ambulatoire), soins post opératoire pendant une semaine mais reprise des activités après 72h.

Par ailleurs, nous traitons également, les kyste du bas du dos (kyste sacro-coccygien), les fissure anales et  les fistules en ambulatoire par laser. Nous pratiquons actuellement plus d’une dizaine de procédure par mois.

Fermer

Boule au niveau du ventre :

Hernie de la région inguinale 

Définition : 

« Issue » de viscères au travers d’un orifice naturel de la paroi abdominale, entourée d’un sac herniaire. Elles peuvent être congenitales par persistance du canal peritonéo-vaginal ou acquises par faiblesse de la paroi.

Maladie inflammatoires de l’intestin copie.jpeg

En savoir plus ...

Anamnèse :

- Le patient consulte en général pour une « boule » au niveau de l’aine. 

Examens complémentaires (Si nécessaire) :

- US inguinale

- CT pelvien

Traitements :

Il existe de nombreuses techniques de réparation des hernies de l'aine qu'elles soient inguinales ou crurales, uni- ou bilatérales, récidivées ou non. Le choix de la technique dépend du type de pathologie, du patient et des habitudes locales.

L’intervention peut être réalisée sous anesthésie générale ou locorégionale (anesthésie péridurale ou rachidienne).

Globalement, nous avons le choix d’une technique sous tension (Bassini, Shouldice, Mc Vay) ou sans tension par voie antérieure (Linchtenstein, Rives ou plug) ou laparoscopique (TEP, TAP). La dernière technique est la plus pratiqué par mes soins.

Suivi :

- Stop activité sportive et port de charge >4 kg pendant 4-5 semaines

- Stop activité professionnelle 3-4 semaines selon profession.

Fermer

Eventration :

Définition : 

Irruption sous la peau de viscères abdominaux contenus dans un sac en continuité avec le péritoine au niveau d’une cicatrice opératoire. Elle peut se former suite à la présence postop d’un hématome, d’une infection de plaie, d’une faute de technique ou d’un trouble de cicatrisation.

Investigations :

- CT abdo

En savoir plus ...

Traitements :

Il existe de nombreuses techniques de réparation des hernies de l'aine qu'elles soient inguinales ou crurales, uni- ou bilatérales, récidivées ou non. Le choix de la technique dépend du type de pathologie, du patient et des habitudes locales.

L’intervention peut être réalisée sous anesthésie générale ou locorégionale (anesthésie péridurale ou rachidienne).

Globalement, nous avons le choix d’une technique sous tension (Bassini, Shouldice, Mc Vay) ou sans tension par voie antérieure (Linchtenstein, Rives ou plug) ou laparoscopique (TEP, TAP). La dernière technique est la plus pratiqué par mes soins.

Suivi :

- Stop activité sportive et port de charge >4 kg pendant 4-5 semaines

- Stop activité professionnelle 3-4 semaines selon profession.

Fermer

Varices :

C’est une maladie fréquemment rencontrée et généralement sous-estimée. Si vous ressentez des lourdeurs, remarquez des gonflements (traces de vos chaussettes) ou que d’autre personnes de votre famille sont connues pour des varices, n’hésitez pas à venir dans notre cabinet. Nous vous expliquerons comment traiter médicalement l’insuffisance veineuse pour éviter les thromboses mais aussi si cela est nécessaire un traitement par laser qui remplace les anciennes techniques très douloureuses.

Douleur anale :

-       Les hémorroïdes

-       Les fissures anales

-       Les abcès

-       Les fistules

En savoir plus ...

Traitements :

Le traitement se fait en deux étapes. La première consiste à traiter les symptômes à l’aide de médicaments ou onguents. La deuxième est une prise en charge chirurgicale que l’on réalise de manière ambulatoire et minimalement invasive sous anesthésie locale ou générale à l’aide du Laser.

Fermer

Cancer gastrique :

Le cancer de l’estomac se présente généralement associé à plusieurs symptômes tel que les douleurs, la pesanteur abdominale, anorexie, perte pondérale, vomissements, saignement. Sa prise en charge nécessite une série d’examen (endoscopie, scanner, prise de sang). N’hésitez jamais à venir nous consulter si vous présentez ce type de signe. Dans la plupart des cas ils sont tout à fait anodins mais mieux vaut prévenir que guérir.

cANCER GASTRIQUE.png
cANCER DU COLON.png

Cancer colique :

Il est largement méconnu et reste malheureusement encore de nos jours, l’un des cancer les plus mortels. En raison d’un manque de communication, d’examen de dépistage (prise de sang ou endoscopie) et d’une prise en charge inadéquate. Plusieurs parties du côlon peuvent être touchées et données des symptômes différents :

- Colon droit : saignement occulte, anémie et fatigue.

- Colon gauche : douleur crampiforme, saignement frais, >10% d’obstruction basse

En savoir plus ...

Ce qui est important de retenir, c’est qui si vous présentez un de ces symptômes ou si vous avez plus de 50 ans, pensez à faire un examen de dépistage. Par contre si plusieurs membres de votre famille ont déjà eu un cancer de l’intestin, venez plus tôt (40 ans).

Nous vous accueillons pour les examens de dépistages, pour leur interprétation. Nous travaillons pour cette raison en collaborations avec des gastro-entérologues. Par contre nous restons à disposition pour la prise en charge du cancer autant sur le plan chirurgical que sur la coordination du traitement médical.

Fermer

Remontées acides :

Reflux gastro-oesophagien

Définition

Reflux permanent ou intermittent du contenu gastrique

vers l’oesophage à travers le hiatus oesophagien.

 

Investigations :

- Transit baryté

- Endoscopie

- Manométrie

- pH-métrie de 24 heures (implique l'arrêt de tous les anti-scrétoires pour > 7 j).

- Bilan sanguin:

> FSC, crase, groupe sanguin

> Glycémie, Na, K, CI, urée, créatinine

rEFLUX GASTR OESOPHASIEN .png

En savoir plus ...

Démarches thérapeutiques : 

- Indication "idéale" : (les trois conditions ci-dessous sont remplies)

> Reflux symptomatique répondant incomplètement au traitement anti-sécrétoire et récidivant à l'arrêt de la médication.

> Sphincter nettement hypotone et péristalisme corporéal normal à la manométrie.

> Oesophagite peptique à l'endoscopie.

 

- Reflux compliqué :

> Sténose

> Hémorragie

> Complications respiratoires ou ORL

 

Traitements : 

- Médical en priorité

- Techniques chirurgicales :

> De principe, chaque fois que c'est possible, Nissen par voie laparoscopique.

> En cas d'insuffisance du péristaltisme corporéal de l'œsophage à un Toupet ou Dor laparoscopique.

> Le Nissen pratiqué par voie ouverte sera réservé au cas où un autre geste chirurgical nécessite une laparotomie, ou en présence des contre-indications habituelles à l'abord laparoscopique (ex: cicatrice sus-ombilicale).

Remarques :

Nissen = Fundoplicature de 360°

Toupet = Fundoplicature de 270°

Dor = Fundoplicature de 180°

 

Soins post-opératoires : 

- Pas de sonde nasogastrique.

- Boissons le soir de l'opération, réalimentation à J1.

- Anti-coagulation prophylactique jusqu'à sortie.

- Pas d'antibiotiques.

- Régime lisse jusqu'à contrôle ambulatoire à J 10.

Fermer

Boule dans le vagin.jpeg

Sensation de boule dans le vagin (communément appelé le rectocèle) :

- Il faut expliquer en quoi consiste le Vagy-combi

- Le traitement chirurgical se fait en ambulatoire et consiste à réparer la paroi du rectum pour qu’il ne déforme plus l’intérieur du vagin.

Perte involontaire de selles :

- Elles sont souvent causées par une atteinte des muscles de l’anus (les sphincters) . Nous objectivons tout d’abord par un examen appelé la manométrie, le dysfonctionnement de vos muscles.

- Le traitement consiste à utiliser la radiofréquence pour permettre (voir vagy combi)

 

 

Douleurs musculo-tendineuses :

- Voir electroporation

Besoin de plus d'information ?